CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Charles Richard-Hamelin et Andrew Wan sortent « Beethoven : Sonates pour violon et piano no 4, 9 et 10 » «Beethoven : Sonates pour violon et piano no 4, 9 et 10». Photo: Pochette (portion)

    Charles Richard-Hamelin et Andrew Wan sortent « Beethoven : Sonates pour violon et piano no 4, 9 et 10 »

    8 octobre 2021, 00h00
         |     

    Avec leur troisième album en collaboration qui sera lancé le 8 octobre, Charles Richard-Hamelin, l’un des pianistes canadiens qui se démarque le plus à l’international, et Andrew Wan, violon solo de l’OSM complètent l’intégrale des sonates pour violon et piano de Ludwig van Beethoven.

    Le premier volume de cette intégrale a été considéré comme l’un des meilleurs albums classiques de 2018 par Radio-Canada. Ce troisième opus comprend les sonates No 4 en la mineur, op. 23, No 9 en la majeur, op. 47 et No 10 en sol majeur, op. 96.

    La Sonate No 4 a été composée parallèlement à la Sonate No 5 en fa majeur, op. 24, en 1800. Elle se distingue par son écriture pianistique épurée, dans laquelle chaque main du pianiste, la plupart du temps, fait entendre une seule voix. Il en résulte une texture qui s’apparente à celle d’un trio à cordes.

    L’arrivée à Vienne de George Polgreen Bridgetower, en 1803, a précipité la composition des deux premiers mouvements de la Sonate No 9, esquissés au début de la même année. Ce jeune violoniste anglais, que Beethoven considérait comme un « virtuose très habile et tout à fait maître de son instrument », a créé l’oeuvre en mai 1803.

    Cette sonate atteint un niveau de virtuosité comparable à celui exigé par une oeuvre concertante. Fait unique dans les 10 sonates pour violon et piano de Beethoven, une introduction lente et solennelle ouvre le premier mouvement, ce qui annonce l’envergure de l’oeuvre à venir.

    Quant à la Sonate No 10, elle a été écrite en 1812, année ayant marqué un tournant dans la vie émotionnelle du compositeur. Par conséquent, elle ne pourrait pas être plus différente de la précédente. Ses textures instrumentales raffinées, ses nuances en demi-teintes et son atmosphère intime, perceptibles dès les premières notes de l’Allegro moderato initial, annoncent le style tardif de Beethoven.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Monique Simard reçoit l’Ordre de Montréal

    Monique Simard reçoit l’Ordre de Montréal

    Suite
    17 mai 2024, 01h30
    TV5 et Unis TV lancent leur programmation 2024-2025

    TV5 et Unis TV lancent leur programmation 2024-2025

    Suite
    17 mai 2024, 01h00
    La SAT inaugure officiellement ses nouveaux espaces

    La SAT inaugure officiellement ses nouveaux espaces

    Suite
    17 mai 2024, 01h00
    KJT sort « Fraction de seconde »

    KJT sort « Fraction de seconde »

    Suite
    17 mai 2024, 00h05