CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Frais Dispo offre le mini-album « Les teintes du ciel n’ont aucun sens » Frais Dispo. Photo: Kiefer Légaré

    Frais Dispo offre le mini-album « Les teintes du ciel n’ont aucun sens »

    12 mars 2024, 00h01
         |     

    Prolongement de l’album « Teinte » paru en avril 2023, le mini-album « Les teintes du ciel n’ont aucun sens » propose quatre chansons inédites. Tiré de la session d’enregistrement ayant mené à l’album, cet mini-album découle d’un désir de Frais Dispo de boucler le cycle de « Teinte », de ne pas laisser les chansons dormir trop longtemps et de les redonner à leur public.

    « On a débattu un certain temps pour trouver quels morceaux allaient faire partie de l’album. À titre d’exemple, "Teinte" était la pièce préférée de plusieurs membres du groupe, et même si elle ne s’est pas retrouvée sur l’album finalement, nous l’avons nommé d’après cette chanson », commente Charles Primeau.

    Comme sur l’album, les chansons du EP abordent le quotidien et ses angoisses ordinaires. Portés par une remarquable écriture, les textes explorent les espaces d’entre-deux, convoquant des images vives qui mélangent la neige et le ciel de printemps.

    L’opus s’ouvre d’ailleurs avec « Teinte », une chanson-fleuve de 8 minutes aux sonorités électro qui transporte instantanément dans l’univers musical riche de textures de Frais Dispo. La complexité de leur proposition musicale rayonne également dans la chanson 1.25, où s’entremêlent des sons folk, rock et indie-pop, combinés à la voix mélancolique d’Élie Raymond.

    Les deux autres morceaux du EP ont vu le jour durant l’enregistrement en studio, ajoutant un élément de spontanéité à l’ensemble. La chanson « Ciel d’Avril » a été réalisée sur le vif à partir d’une chanson qu’Élie Raymond avait composée, sur laquelle Charles Primeau a ensuite improvisé du pedal steel. Quant à la pièce instrumentale « Charles au piano », qui clôt joliement le EP, il s’agit essentiellement d’un jam enregistré sur un iPhone en fin de soirée.

    « Les teintes du ciel n’ont aucun sens » offre ainsi quatre chansons puissantes et poétiques, qui complètent à merveille la proposition initiale de l’album « Teinte ».

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Marsö prépare le terrain pour un deuxième album

    Marsö prépare le terrain pour un deuxième album

    Suite
    18 juillet 2024, 03h00
    Virginie B offre une pop décomplexée

    Virginie B offre une pop décomplexée

    Suite
    18 juillet 2024, 02h30
    IKEA Canada implante les bornes de recharge de Cléo

    IKEA Canada implante les bornes de recharge de Cléo

    Suite
    18 juillet 2024, 00h30