CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Jaloux de Patrick Demers / Productions Kinésis / Distribution : Films Séville
    [Vu au FNC]

    Jaloux de Patrick Demers / Productions Kinésis / Distribution : Films Séville

    15 octobre 2010, 14h52
         |      Article rédigé par Charles Prémont     

    Thomas et Marianne forment un couple sur le point de rompre. Avant que le drame ne survienne, Thomas demande à son oncle s’il ne peut pas lui emprunter son chalet un week-end, histoire de se retrouver avec sa douce et de réparer les pots cassés. C’était sans compter sur un voisin un peu envahissant qui fera tout pour séduire Marianne. Exploration de la jalousie et des folies qu’elle peut nous faire commettre, Jaloux se veut un drame dérangeant, mais qui offre peu de surprises.

    Premier long métrage de Patrick Demers, Jaloux utilise un montage original, mêlant présent et passé, pour dérouler son drame. Appuyé d’une photographie solide et d’acteurs convaincants, le film nous fait bien sentir le malaise de la jalousie à travers l’écran. Souvent apr les regards, parfois avec les mots, la lourdeur du sentiment bien construite devient palpable.

    La musique y est pour beaucoup, même si sa présence s’avère parfois un peu trop appuyée. Le montage est bien réalisé, mais beaucoup de plans de transition sur la nature et quelques fondus aux noirs finissent par déranger. Si les images sont superbes, on saisit mal ce qu’elles apportent de plus au récit. On a plutôt l’impression qu’elles ne servent qu’à ralentir le rythme du film de 94 minutes. De plus longs plans-séquences avec les acteurs auraient été plus à propos.

    Le scénario est bien pensé et le montage le rend efficace. Par contre, il en vient à être un peu prévisible. On en vient parfois à questionner les agissements des personnages, mais jamais assez pour briser notre immersion. Si quelques scènes nous tiennent en haleine, on découvre une fin sans éclat. Par contre, les scénaristes ont su laisser beaucoup de place aux mystères , ce qui donne un bel espace à l’interprétation du spectateur.

    Pour un premier long métrage, Jaloux présente des qualités évidentes. Fruit d’un effort collectif, le film assurera sûrement une place à Patrick Demers parmi les réalisateurs de la relève québécoise.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00
    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00