L’abonnement à Qui fait Quoi comprend:

  • 250 numéros du Quotidien Qui fait QUoi
  • Mot de passe pour www.qfq.com
  • Revue Qui fait Quoi: 10 numéros par an
  • Revue Qui fait Quoi: Archives et hors série
  • 1 Guide annuel Qui fait Quoi
  • Accès au Guide de la production
  • 1 Guide QfQ COPRODUCTION
  • 1 Hors série Inclusion / Diversité

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    L’artiste contemporain Chih‐Chien Wang expose au MBAM

    L’artiste contemporain Chih‐Chien Wang expose au MBAM

    10 décembre 2012, 00h05
         |     

    À l’occasion de sa résidence à la Fonderie Darling – rendue possible à l’initiative de Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), et premier événement du genre à être parrainé par l’institution muséale –, le photographe et vidéographe d’origine taiwanaise Chih-Chien Wang expose le fruit de dix-huit mois de travail au Carré d’art contemporain du MBAM. Dans cette présentation intitulée Aussi loin que nous soyons, aussi près que je peux, réunissant une vingtaine de photos et quatre vidéos, Chih-Chien Wang propose une véritable poésie du quotidien, à la fois intimiste et minimaliste, une sorte de vision épurée de l’objet et un contrepoids à la surconsommation qui nous envahit.

    Sous la direction de Diane Charbonneau, conservatrice de la photographie au MBAM, cette exposition accessible gratuitement jusqu’au 17 mars 2013 permettra aux visiteurs de découvrir l’univers fascinant d’un artiste de talent.

    « Grâce au fonds discrétionnaire pour les acquisitions alloué à la direction, je trouvais plus percutant, pertinent et performant de parrainer un artiste dont nous souhaitons aussi acquérir une oeuvre. Dès lors, ce parrainage permet de soutenir non seulement un centre d’arts mais aussi la production d’un artiste pendant une année, tout en enrichissant, au final, la collection d’art contemporain du Musée. Tout l’écosystème se trouve ainsi soutenu en amont de la création. Mon choix s’est porté sur la Fonderie Darling dirigée par Caroline Andrieux dont j’apprécie beaucoup l’éthique et l’innovation, et l’excellence du travail », indique Nathalie Bondil.

    Diane Charbonneau ajoute que « les images de Chih-Chien Wang attirent l’attention vers l’essence de l’objet par le détail. Elles révèlent aussi une curiosité sensible pour l’autre. L’univers de l’artiste semble très personnel, mais ses références universelles invitent à la contemplation et nous guident vers notre propre intériorité. L’exposition Aussi loin que nous soyons, aussi près que je peux fait appel à notre sens de la perception et notre processus de conscientisation pour identifier notre position, physique ou psychologique, dans un espace donné, et ultérieurement, ailleurs dans le monde ».

    Le quotidien d’une société vu par Chih‐Chien Wang
    Trois corpus distincts prennent place dans le Carré d’art contemporain du MBAM :

    • Regards fugaces est composé d’images de commentaires inscrits en caractères chinois sur des bouts de papier qui décrivent une personne brièvement aperçue dans un espace public. À travers ces images, l’écriture prolonge cet instant et nous interpelle.
    • L’installation vidéo en deux projections Brèves rencontres exhibe des portraits et des scènes de paysage captés dans un parc. Nées de rencontres fortuites, ces images traduisent la volonté de l’artiste de se rapprocher de parfaits inconnus pour éliminer la distance sociale qui le sépare d’eux. Ce rapprochement engendre un microcosme créatif à la fois temporel et spatial où échanges et intimité deviennent possibles.
    • Les photographies regroupées sous Espaces clos évoquent quant à elles une narration où se brouille la dichotomie intérieure/extérieure ou encore la dichotomie atelier/résidence.

      Les oeuvres sont réunies par une stratégie d’installation intitulée Reflets décalés. Le visiteur arpente la galerie et y est à la fois déstabilisé et réconforté. Le choix de la séquence des photos et des vidéos tient d’un exercice mnémonique. Des images se répètent, mais se répètent-elles vraiment ? L’artiste met à l’épreuve notre mémoire visuelle en jouant avec notre perception par l’illusion et la confusion, puis la reconnaissance d’un détail qui les différencie. L’exposition agit comme une sorte de miroir et nous invite à questionner nos diverses relations au sein de notre société contemporaine.

      Chih‐Chien Wang, un artiste de son temps
      Né à Taiwan en 1970, Chih-Chien Wang vit et travaille à Montréal depuis 2002. Diplômé en beaux-arts du Département de théâtre et cinéma de la Chinese Culture University de Taipei (1994), il complète sa maîtrise en beaux-arts au Département de Studio Arts de l’Université Concordia, à Montréal, en 2005, et adopte la photographe et la vidéo comme formes d’expression. Il expose régulièrement au Canada, en Europe (Milan, Lausanne) et en Asie. Il est aussi récipiendaire de diverses bourses.

      La Fonderie Darling, terre d’accueil pour les talents du monde entier
      Chih-Chien Wang a été découvert par le Musée alors qu’il était en résidence dans le complexe alternatif pour les arts visuels de la Fonderie Darling. Ce centre d’arts visuels d’avant-garde a ouvert en 2006 douze ateliers de création et des ateliers-logements, offerts à des artistes locaux et du monde entier. Ces ateliers d’artistes – soutenus par des institutions gouvernementales, des collectionneurs, philanthropes ou entreprises mécènes – stimulent la créativité artistique, créent des liens durables entre les pays, et font de la Fonderie Darling un lieu de rencontre et de vie dont la réputation s’étend bien au-delà de sa communauté. À travers l’artiste Chih-Chien Wang, il s’agit du premier partenariat réalisé avec le MBAM. Caroline Andrieux souligne qu’« en parrainant l’atelier d’un artiste à la Fonderie Darling, le Musée joue un rôle déterminant dans la communauté qui contribue à donner aux artistes en arts actuels les meilleures conditions de travail et une plate-forme professionnelle à Montréal. Que le Musée des beauxarts de Montréal et sa directrice générale Nathalie Bondil soient chaleureusement remerciés de leur soutien. »

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Torpille fête ses 20 d’existence

    Torpille fête ses 20 d’existence

    Suite
    18 juin 2024, 00h30
    Le REFRAIN élargit ses horizons littéraires

    Le REFRAIN élargit ses horizons littéraires

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    Joé Perron sort l’album « Nuit matin jour »

    Joé Perron sort l’album « Nuit matin jour »

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    Zach Zoya partage la chanson « Monaco »

    Zach Zoya partage la chanson « Monaco »

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    L’A2C dévoile les gagnants du concours Idéa 2024

    L’A2C dévoile les gagnants du concours Idéa 2024

    Suite
    17 juin 2024, 16h00
    Le cinéaste Érik Canuel est décédé

    Le cinéaste Érik Canuel est décédé

    Suite
    17 juin 2024, 13h38
    L’Autorité conclut une entente avec Apple Canada

    L’Autorité conclut une entente avec Apple Canada

    Suite
    17 juin 2024, 12h58