CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Guillaume Arsenault sort « Ne m’enlevez pas mes outils » Guillaume Arsenault. Photo: Alexandre Cotton

    Guillaume Arsenault sort « Ne m’enlevez pas mes outils »

    31 janvier 2024, 00h01
         |     

    Guillaume Arsenault sort l’extrait « Ne m’enlevez pas mes outils » sur les plateformes d’écoute en continu et de téléchargement en ligne. Sur une musique rythmée aux couleurs de folk et de country, l’artiste gaspésien se met dans la peau de son père, atteint de Parkinson, pour traduire la frustration qui l’habite en raison de sa perte d’autonomie.

    Si l’auteur-compositeur-interprète a d’abord voulu faire plaisir à son père avec cette chanson, le désir de la partager avec son public s’ensuit naturellement, étant donné que beaucoup de gens vivent des situations similaires avec un parent. « Mon père se sent brimé par la façon dont les proches qui l’aiment et l’entourent veulent le protéger en lui imposant des limites », explique l’artiste. L’écriture du texte lui a permis de cheminer dans la compréhension du processus d’acceptation que doit traverser son père. L’inspiration lui est d’ailleurs venue très simplement et instinctivement, comme si la pièce avait toujours existé. Empreinte d’une grande bienveillance, la pièce s’ouvre avec la guitare acoustique ténor et la voix affable de Guillaume, puis le banjo et le ukulélé portent l’émotion vers des sentiments plus réjouissants.

    J’ai besoin de mon fusil
    De partir dans le bois
    Pour ne pas perdre la trace de ce que je suis

    J’ai besoin de mon permis
    De tenir le volant
    De choisir de partir ou bien de m’arrêter

    Mais malgré tout j’ai envie
    De vivre ce qu’il me reste
    De goûter à l’ivresse de l’amour

    J’ai besoin de ma famille
    Mes voisins, mes amis
    Pour remplacer mes mains, mes jambes, un peu ma tête

    Première parution musicale de Guillaume Arsenault en 2024, l’artiste entend offrir un nouvel extrait chaque mois de l’année ainsi qu’un EP en juin.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Laurence Nerbonne puise dans l’émotion pour créer

    Laurence Nerbonne puise dans l’émotion pour créer

    Suite
    19 juin 2024, 03h00
    Ça sent la panique chez Google

    Ça sent la panique chez Google

    Suite
    19 juin 2024, 00h30
    GreenWoodz dévoile la chanson « 18 »

    GreenWoodz dévoile la chanson « 18 »

    Suite
    19 juin 2024, 00h00