CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Le Théâtre Aux Écuries propose « Dick the Turd » «Dick the Turd». Photo: Capture d'écran de la b. a.

    Le Théâtre Aux Écuries propose « Dick the Turd »

    1er septembre 2022, 00h00
         |     

    En ouverture de saison, le Théâtre Aux Écuries présente, en codiffusion avec Les Impairs en collaboration avec le Collectif Moutarde Forte, « Dick the Turd », une réécriture originale de « Richard III » de Shakespeare.

    Cette réécriture questionne, avec humour et ironie, des thématiques contemporaines de notre société : jeux de pouvoir, manipulation et sexisme, dans un contexte de gala de lutte. Présenté en première mondiale du 6 au 24 septembre 2022, dans le cadre de Royalmania : festival de lutte-théâtre, « Dick the Turd » mêle théâtre baroque et combats électrisants au style de la WWE. Mise en scène par Elisabeth Coulon-Lafleur, cette création pleine de suplex et de clés de bras revisite les personnages mythiques shakespeariens avec audace et excentricité.

    Tout semble bien aller dans la Fédération Féodale de Lutte (FFL). La coqueluche du public, Eddy The King, vient de remporter la ceinture du champion en battant Henri le six roues, chef du clan des Rouges. Le clan des Blancs reprend la suprématie et tout semble aller pour le mieux. Cependant, dans l’ombre des spots, se trame quelque chose... « Dick the Turd », troisième prétendant à la ceinture et lutteur blessé, a l’intention de briser la paix qui règne dans la fédération et d’acquérir la ceinture ; quoiqu’il en coûte. C’est durant le Gala England Mania qu’il décide de mettre son plan à exécution et de prendre le contrôle. Trahisons, pièges, fourberies et coups bas sont à la carte de cette soirée haute en couleurs.

    C’est en 2019 que les finissants du programme de jeu de l’UQAM se lancent dans le projet un peu fou de réécrire « Richard III » dans un contexte de lutte. Rapidement, les interprètes s’inscrivent à des cours de lutte professionnelle pour apprendre les rudiments des combats scéniques pendant que les membres de l’équipe adaptent le texte. Cette adaptation, respectueuse de la langue de Shakespeare, accorde néanmoins une importance particulière aux rôles féminins comparativement à l’œuvre originale, dans le but de leur donner plus de consistance et de rendre visible leur impact sur les évènements.

    « Lorsque j’ai découvert la lutte, il y a quelques années, il m’a semblé évident que ce que plusieurs considèrent comme un sport illégitime peut être en réalité une riche forme d’art vivant, partage Elisabeth Coulon-Lafleur, metteure en scène de « Dick the Turd ». Pour moi, "Dick the Turd" est un hybride entre lutte, théâtre et humour, où on rit et on crie. Un délicieux délire collectif bien ancré dans le récit de Shakespeare, aussi drôle qu’intelligent. »

    « Dick the Turd » se veut une expérience interactive dans laquelle le public est invité à réagir aux rebondissements tragiques ou comiques que traversent les personnages. Présentée dans une première version dans le cadre du Zoofest 2019, la pièce se voit primée dans la catégorie « théâtre ». Au cours des trois années qui suivent, les équipes réécrivent le texte, développent la scénographie et modifient leurs combats pour présenter un tout nouveau spectacle dans le cadre de Royalmania : festival de lutte-théâtre, qui offre deux créations théâtrales, une lecture, un spectacle d’improvisation, des entrevues, une sortie de laboratoire et une foule d’activités gratuites. « Dick the Turd » sera offert en programme simple et en programme double avec le spectacle Agamemnon In The Ring, du 6 au 24 septembre.

    Notes biographiques d’Elisabeth Coulon-Lafleur, metteure en scène

    Créatrice dont l’univers maximaliste est aussi coloré qu’absurde, c’est après un diplôme en dessin de patron obtenu en 2010 qu’Elisabeth est appelée à faire la conception de costumes de la pièce « CITY » au Prospéro (Le Ton, 2014) alors qu’elle œuvrait à la fois dans le monde de la mode et celui de la microbrasserie. Forte de son bagage multiple, cette bifurcation l’amène à compléter un baccalauréat en scénographie à l’UQAM en 2019. Artiste plurielle, Elisabeth à travaillé depuis à la conception ou à la production de costumes (« CITY », « Mouvement Deluxe », « Septième Ciel », « La Cerisaie », « Le fantôme de la Van ») à la conception de marionnettes (« Pensée sauvage », « ADA ») d’accessoires (« Axel », « Les Imposteurs ») et comme metteure en scène (« Dick the Turd », « Didascalie »). Elisabeth a le désir constant de la scène sous toutes ses formes, et ce depuis son plus jeune âge. Également amoureuse d’impro, elle touche depuis peu à l’univers du clown et se retrouve de plus en plus dans l’univers extensible de la marionnette.

    Crédits

    • Texte : réécriture collective de toute la distribution et d’Elisabeth Coulon-Lafleur
    • Mise en scène : Elisabeth Coulon-Lafleur
    • Assistance à la mise en scène et régie : Jonathan Cusson

    Distribution :

    • Simon Allard
    • Félix Basque
    • Guillaume Bouliane-Blais
    • Matilde Lopes-Fadigas
    • Olivier Magnan-Bossé
    • Jérémie Poirier
    • Maxime Pouliot,
    • Justine Prévost
    • Antony Tingaud
    • Direction de Production : Catherine Le Gall-Marchand
    • Scénographie : Guillaume Bouliane-Blais et Jérémie Poirier
    • Conception sonore : Cédric Flagothier
    • Co-conception musicale : Philomène Gatien, Maxime Lemire et Philippe Lemire
    • Conception des éclairages : Catherine Le Gall-Marchand
    • Conception des costumes : Raphaël Trottier
    • Conception des accessoires : Varnen Pareanan
    • Réalisation et caméra : Cloé Lafortune, François Lalonde et Florence Legault
    • Intégration vidéo : Lionel Arnould
    • Graphisme de l’affiche : Aurelien Saly

    Une production de Les Impairs en collaboration avec le Collectif Moutarde Forte

    Infos pratiques :

    Tarifs :

    • À la pièce : régulier : 28 $ // réduit : détails en billetterie (-30 ans, +60 ans, etc.).
    • Forfaits : Le petit paquet : 50 $ : les 2 spectacles principaux + 2 hot dogs // La Clef de bras : 60 $ : 3 spectacles + 3 hot-dogs // Le K.O. : 70 $ : les 4 spectacles + 4 hot dogs
    • Billetterie
    • Durée : 1h30
    • Teaser

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Laurence Nerbonne puise dans l’émotion pour créer

    Laurence Nerbonne puise dans l’émotion pour créer

    Suite
    19 juin 2024, 03h00
    Ça sent la panique chez Google

    Ça sent la panique chez Google

    Suite
    19 juin 2024, 00h30
    GreenWoodz dévoile la chanson « 18 »

    GreenWoodz dévoile la chanson « 18 »

    Suite
    19 juin 2024, 00h00