CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Une rentrée culturelle variée et colorée au MAC à Place Ville Marie «Remote». Photo: Courtoisie

    Une rentrée culturelle variée et colorée au MAC à Place Ville Marie

    2 septembre 2022, 00h12
         |     

    Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) propose une rentrée culturelle automnale riche et diversifiée. Alors que l’exposition Mika Rottenbergest présentée jusqu’au 10 octobre inclusivement, le film Remote par Mika Rottenberg et Mahyad Tousi sera projeté en primeur mondiale à la Cinémathèque québécoise les 24, 25, 29 septembre et 1er octobre prochain.

    Le MAC accueillera également cet automne les oeuvres TimeTraveller par Skawennati (du 13 octobre au 13 novembre 2022) ainsi que de l’artiste montréalais Nelson Henricks (du 17 novembre 2022 au 10 avril 2023). En plus de ces diffusions et expositions, le MAC ainsi que l’équipe de sa fondation présenteront le Bal du MAC, qui se tiendra sous le thème Idylle, le samedi 17 septembre prochain.

    Programmation automnale

    Mika Rottenberg, présentement au MAC – En cours - Jusqu’au 10 octobre 2022

    Rappelons que Mika Rottenberg, la première exposition solo de l’artiste au Québec, est présentée au MAC jusqu’au 10 octobre. L’installation immersive, conçue par la commissaire Lesley Johnstone en étroite collaboration avec l’artiste, réunit plusieurs oeuvres parmi les plus connues de l’artiste, dont trois installations vidéographiques, NoNoseKnows (2015), Cosmic Generator (2017) et Spaghetti Blockchain (2019), qui constituent le noyau central autour duquel gravitent des objets sculpturaux insolites qui leur font écho. Inspirée des écrits de Marx qu’elle réinterprète, Mika Rottenberg crée un « surréalisme social » porté par des images qui semblent échapper à toute logique narrative et qui part du principe que la réalité est plus absurde que sa représentation.

    Bal du MAC – 17 septembre au Marché Salada, Royalmount

    Après deux ans d’absence, le Bal du MAC – événement-bénéfice phare de la Fondation du MAC – se tiendra le samedi 17 septembre au Marché Salada (Royalmount). Le bal, qui se déroulera sous le thème Idylle, affiche complet et réunira près de 900 personnes du milieu des affaires qui se retrouvent le temps d’une soirée festive afin de célébrer et de soutenir le MAC. https://macm.org/activites/bal-du-mac-2022/

    Première mondiale du film « Remote » par Mika Rottenberg et Mahyad Tousi – Cinémathèque québécoise

    Cocréé par Mika Rottenberg et Mahyad Tousi pendant la pandémie de COVID-19, Remote se déroule dans un proche avenir postpandémique et explore ce que signifie être connecté à l’ère de la technologie et de la commodité. Le film raconte l’histoire de cinq femmes vivant dans différentes régions du monde – toutes fans d’une toiletteuse populaire en Corée du Sud (Joony Kim) –, qui découvrent dans leurs maisons respectives un mystérieux portail aux conséquences bouleversantes pour l’univers.

    Le film suit Unoaku (Okwui Okpokwasili), une architecte américaine qui travaille depuis son appartement solarpunk à Kuala Lumpur. Nous découvrons Unoaku au fil de ses rituels de confinement, qu’elle accomplit avec calme et diligence depuis son réveil jusqu’à la fin de sa journée, où elle regarde des vidéos de toilettage de chiens pour se détendre. Son calme est perturbé lorsqu’elle tombe par hasard sur une émission en ligne mettant en vedette une toiletteuse d’origine sud-coréenne nommée Eunji (Joony Kim) et son chien Soju. Unoaku observe une anomalie que les autres téléspectateurs ne semblent pas détecter. Cette expérience la trouble et l’amène à s’interroger sur son état mental, tout en bouleversant le déroulement de ses activités quotidiennes. Unoaku sera vite contactée par Anu (Nikita Tewani), une Indienne installée à Johannesburg, qui elle aussi décèle l’anomalie.

    Anu présente Unoaku à un réseau de femmes qui partagent leur expérience : Ramesh (Pooya Mohseni), une femme iranienne transgenre à Téhéran, Matija (Antonia Predovan), une Croate établie en Argentine, et Kami (Yvette Mercedes), une Portoricaine à Porto Rico. La quête de réponses de ces femmes les amène à découvrir qu’elles sont reliées les unes aux autres par de mystérieux portails cachés dans leurs maisons. À la recherche de réponses, elles doivent trouver un moyen de convaincre Eunji de se joindre à elles.

    La Cinémathèque québécoise et le MAC accueillent ce film en première mondiale et proposent quatre dates de diffusion, soit les 24, 25, 29 septembre et 1er octobre. Il est essentiel de se procurer un billet pour accéder aux visionnements sur cinematheque.qc.ca.

    TimeTraveller par Skawennati – du 13 octobre au 13 novembre 2022 au MAC

    Présentée gratuitement, l’oeuvre TimeTraveller est une projection cinématographique conçue par l’artiste Skawennati. Réalisée entre 2007 et 2013, l’oeuvre offre, en neuf épisodes, une relecture postcoloniale de l’histoire des Autochtones de l’île de la Tortue. Elle pose un regard critique, mais offre surtout une vision prospective de leur présence dans le futur, en se servant du genre de la science-fiction.

    À compter du 13 octobre, la salle de projection du MAC à Place Ville Marie offrira un contexte de qualité pour découvrir ou revisiter cette œuvre d’une persistante actualité réalisée par une artiste prolifique, importante ambassadrice de la communauté artistique de Tiohtià:ke.

    TimeTraveller est une projection de 76 minutes dans laquelle on suit l’histoire de Hunter, un jeune Mohawk du 22e siècle qui, grâce à une technologie ludo-éducative imaginée par l’artiste, voyage dans le temps pour en apprendre davantage sur son patrimoine. Prenant la forme de lunettes sophistiquées, ce système appelé TimeTraveller lui permet de visiter et de prendre part à des moments marquants de l’histoire des populations autochtones. À travers ses épisodes, le film survole une période de plus de 600 ans, depuis l’Amérique précolombienne jusqu’au futur de l’an 2121. Lors d’une visite de la reconstitution virtuelle de la crise d’Oka à Kanesatake en 1990, Hunter rencontre Karahkwenhawi, une fillette comme les autres qui, dès l’épisode suivant, est devenue une jeune femme équipée elle aussi de lunettes TimeTraveller. Talonnant Hunter dans son périple, elle le retrouve enfin sur l’île d’Alcatraz en 1969, et ils conviennent de se revoir dans le monde virtuel. Cela permet notamment à la jeune femme de visiter l’époque de son compagnon, où elle découvre une exposition d’œuvres d’art produites par des artistes autochtones contemporains, où l’on reconnait certaines œuvres de la collection du MAC.

    Projection gratuite, sur réservation sur macm.org.

    Nelson Henricks – du 17 novembre 2022 au 10 avril 2023 au MAC

    L’artiste montréalais Nelson Henricks a élaboré son œuvre – qui s’étale sur une production de 30 ans - selon une double approche. Il a d’une part réalisé des œuvres immersives, où la rythmique du montage visuel et sonore crée une dynamique musicale qui leur est propre, et a d’autre part développé une fascinante démarche qui explore différents sujets de l’histoire de l’art et de la culture dont, plus récemment, la peintre abstraite américaine Joan Mitchell (1925-1992).

    Dans cette exposition éponyme, Nelson Henricks propose deux œuvres inédites, produites spécialement à l’occasion de cette exposition et présentées en primeur au MAC.

    La première installation, intitulée Don’t You Like the Green of A ? (N’aimes-tu pas le vert du A ?), est une interprétation surréaliste des correspondances entre lettres et couleurs propres à la synesthésie de Joan Mitchell, une condition où certains stimuli provoquent une perception additionnelle que Henricks partagerait avec elle. La seconde œuvre, Heads Will Roll (Des têtes vont tomber), est une installation vidéo à quatre canaux qui propose une série d’actions exécutées par des performeurs, des musiciens et des danseurs, et qui explore le potentiel révolutionnaire de la musique populaire et expérimentale.

    Le MAC accessible à tous

    Le MAC continue de progresser dans sa volonté affichée de rendre l’art contemporain accessible au plus grand nombre. Ainsi, le MAC à Place Ville Marie propose un tarif unique à 10 $ et la gratuité pour les jeunes de moins de 18 ans et les groupes scolaires et communautaires.

    Le MAC participe au programme « Empruntez un musée », qui permet d’emprunter une passe pour visiter le MAC au même titre que n’importe quel ouvrage en bibliothèque. Le Musée a également développé un partenariat avec Canoo, qui donne accès gratuitement à certaines institutions culturelles, dont le MAC, aux nouveaux arrivants.

    Le Musée d’art contemporain de Montréal est une société d’État subventionnée par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Il bénéficie de la participation financière du gouvernement du Canada et du Conseil des arts du Canada.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00
    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00