CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Dès le 11 avril le Théâtre Aux Écuries offre « Bonnes Bonnes » «Bonnes Bonnes». Photo: Svetla Atanasova

    Dès le 11 avril le Théâtre Aux Écuries offre « Bonnes Bonnes »

    2 avril 2023, 00h00
         |     

    Du 11 au 22 avril 2023, le Théâtre Aux Écuries et Nervous Hunter présentent, en grande première, « Bonnes Bonnes », une création de Sophie Gee – coautrice, metteure en scène et interprète – et de Tamara Nguyen, sa coautrice.

    Avec cette adaptation libre de la pièce emblématique de Jean Genet, « Les Bonnes », Sophie Gee offre une oeuvre intime qui porte sur la complexité de l’identité chinoise, la rage, le désir de vengeance et la nécessité de guérir les blessures liées à son identité.

    Dans « Bonnes Bonnes », trois femmes d’origine chinoise se réunissent autour d’une oeuvre créée par l’une des leurs : l’adaptation de la pièce « Les Bonnes » de Jean Genet. Ensemble, elles parlent sans complexe de leur enfance, de leur rapport amour-haine à la blancheur, de la colonisation de leur esprit, mais tout autant de la télévision chinoise, de la sauce chili, des rituels... et du best-seller « Crazy Rich Asians ». Elles discutent de l’évolution de leurs sentiments quant à leur identité chinoise ; de la honte à la fierté en passant par une profonde inquiétude, en particulier dans un monde où la puissance financière et politique de la Chine ne cesse de croître. Elles font aussi un gros doigt d’honneur à tous ceux et celles qui se moquaient de l’odeur de leurs lunchs à l’école.

    Sophie Gee découvre le texte « Les Bonnes » de Jean Genet au cours de ses études à Londres en 2002. La pièce la marque profondément, notamment pour l’importance du jeu de domination entre les bonnes. C’est en 2018 qu’elle débute une série d’explorations autour du texte, qui ne la satisferont pas, jusqu’à sa rencontre avec l’autrice Tamara Nguyen, qui sera décisive dans son processus de création. « Ce qui a été déterminant pour nous, c’est la similitude de nos parcours et de nos intérêts », dit Tamara Nguyen. « Nous sommes des femmes asiatiques oeuvrant en théâtre, nous avons étudié à l’École nationale de théâtre, moi en écriture, elle en mise en scène, nous avons le même amour des classiques. Quand Sophie m’a appelée pour connaître mon intérêt à travailler sur "Les Bonnes", j’ai tout de suite accepté. ». Avec cette adaptation libre du texte de Genet, Sophie Gee joue également avec les niveaux de lecture, où les scènes jouées répondent aux séquences offertes en projections filmiques.

    Dans « Les Bonnes » de Jean Genet, les deux servantes se révoltent contre leur rang social en dirigeant leur vengeance contre Madame, mais dans ces « Bonnes » de Sophie Gee, sera-t-il encore nécessaire de l’empoisonner ? Au pouvoir grandissant de la Chine et à la situation financière actuelle du pays, Sophie Gee réagit « Le capitalisme comme revanche du racisme, est-ce vraiment une bonne chose ? ». Elle fait remarquer « Je ne veux pas être le prochain colonisateur. Peu importe qui est au sommet, vous avez toujours ce système basé sur l’exploitation. C’est vraiment ce que je voulais remettre en question dans ma pièce ».

    Lorsqu’elles interprètent « les bonnes » Sophie Gee joue Madame, Charo Foo Tai Wei joue Solange et Meilie Ng, Claire. Lorsqu’elles sont les « chilis girls » qui cuisinent et discutent, elles utilisent leurs propres noms. Aussi d’origine chinoise, Charo Foo Tai Wei a grandi à Singapour, elle a fait beaucoup de danse au Québec et a travaillé avec Robert Lepage (« Le Dragon Bleu », elle est à la distribution et à la chorégraphie). Quant à Meilie Ng, elle est née et a grandi à Montréal, mais a rapidement quitté Montréal pour aller à Toronto après ses études, ne trouvant pas de possibilité pour travailler avec son « casting » asiatique.

    Pendant son enfance, le mécanisme de survie de Sophie Gee s’est traduit par du racisme envers les membres de sa propre communauté. « Quand d’autres personnes à l’école se moquaient de moi parce que j’étais asiatique, je riais. Je me moquais moi-même des accents asiatiques, parce que je voulais faire partie du groupe », confie Sophie Gee. « Au final, j’ai fini par me dire qu’à part mon apparence, j’étais totalement blanche. Mais c’était rejeter tout une partie de moi-même », ajoute-t-elle. Comme beaucoup d’immigrant·e·s de deuxième génération, elle a grandi en vivant une double vie où elle était immergée dans une culture à la maison et une autre à l’école. Le spectacle « Bonnes Bonnes » est une réconciliation entre l’adulte et le moi plus jeune de la metteure en scène et co-autrice.

    Sophie Gee : coautrice, metteure en scène et interprète

    Née en Alberta, Sophie Gee part, une fois adulte, vivre à Londres avant de revenir s’installer au Québec en 2006. Diplômée du programme de mise en scène de l’École nationale de Théâtre du Canada, Sophie aime travailler avec des artistes qui n’appartiennent pas forcément au monde du théâtre et combine son amour du texte et de l’histoire avec les processus de recherche de la danse et de l’art contemporain. Elle présente ses spectacles sous le nom de compagnie Nervous Hunter. Parmi ses différentes œuvres, notons « Lévriers » (MAI, CNA, CAM en tournée), « The Phaedra Project (No ! I ! Don’t ! Want ! To ! Fall ! In ! Love ! With ! You !) » (MAI), « I Am Such a Small Container for All This » (Islande, SEAS Festival), et « Domestik » (Eastern Bloc, Montréal). Pour d’autres compagnies, elle a travaillé sur « Habibi’s Angels : Commission Impossible » de Hoda Adra et « Kalale Dalton-Lutale » (Talisman Theatre) et « The Tropic of X » (Imago Theatre). Plus récemment, elle signait la mise en scène d’un morceau de « Duo en morceaux » pour Théâtre I.N.K..

    Tamara Nguyen, coautrice

    Tamara Nguyen est originaire de Nogent-sur-Marne en France. En 2016, elle obtient un baccalauréat en littératures de langue française et philosophie de l’Université de Montréal. Elle complète ensuite le programme d’écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada. Elle écrit « Asphyxie réglementaire » dont elle assure la co-mise en scène avec Gaspard Philippe lors de l’édition 2017 de ZH Festival. En 2019, elle écrit et participe à la mise en scène commune de « Zone à défendre », une courte pièce présentée dans le cadre de « VOUS ÊTES ICI/YOU ARE HERE » au Théâtre Aux Écuries. En 2021, sa pièce « Légendes de canapé » est montée par Héloïse Desrochers à Tadoussac, lors de la toute première saison du Théâtre des Béloufilles. La même année, ses mots se joignent à ceux de sept autres autrices et auteurs dans « Jusqu’où te mènera l’avenir ? », une pièce mise en lecture par Martin Faucher lors de la vingtième édition du Festival du Jamais Lu Montréal. Tamara s’intéresse à la satire politique, à la manière dont l’art peut mettre un frein au défilement de l’actualité pour permettre une réflexion de fond.

    Meilie Ng est une actrice diplômée de l’École Nationale de Théâtre du Canada. Elle a joué dans des séries télévisées autant en français qu’en anglais dont « Sex/Life » (Netflix), « Indéfendable » (TVA), « Makinium » (Radio-Canada), « Entrelacés » (TéléQuébec), « The Revenge of the Black Bestfriend » (CBC Gem), « Umbrella Academy » (Netflix), « Covert Affaires » (Amazon Prime), « OddSquad Mobile Unit » (PBS Kids) et « Les Rescapés » (Radio-Canada). Elle a également été animatrice à l’émission en direct « Flip TFO » et « La Mission Flip ». Elle a prêté sa voix pour le roman « RU » de Kim Thuy, gagnant du concours CBC Canada Reads 2015, au court métrage d’animation « Requiem Pour Une Romance » et « The Ex ». Elle a fait partie de distributions théâtrales nominées pour Meilleur Ensemble pour Jeunes Publics au Dora, notamment « Les Zinspirés » (TFT), et « In This World » (Roseneath Theatre). Meilie est très fière de pouvoir faire maintenant partie de la discussion du fait asiatique au Canada.

    Formée en danse classique chinoise, Charo Foo Tai Wei arrive à Québec en 2005, où elle étudie la danse contemporaine à L’École de danse de Québec. De 2007 à 2013, elle joue dans la production de Robert Lepage, « Le Dragon bleu » (Ex Machina), en tant qu’actrice, danseuse et chorégraphe. En 2019, elle joue dans la pièce « Chez Nous » dirigée par Nancy Bernier. En 2015, elle découvre le butoh avec Natsu Nakajima, Yukio Waguri et Atsushi Takenouchi. Elle est fascinée par la façon dont la résonance des cellules nerveuses pourrait déclencher un mouvement organique qui se développe à partir de l’intérieur du corps. Cette découverte lui a inspiré une recherche sur l’initiation instinctive du corps. Sa première œuvre, « The Golden Stick Ritual », a été sélectionnée par le programme KickStart de CanAsian Dance et a été présentée à « Tangente » (2021) en collaboration avec le Festival Accès Asie. Aujourd’hui, elle entrelace la danse classique chinoise et le Butoh pour développer son propre langage chorégraphique.

    « Bonnes Bonnes »

    • Texte : Sophie Gee et Tamara Nguyen
    • Mise en scène : Sophie Gee
    • Distribution : Sophie Gee, Charo Foo Tai Wei et Meilie Ng
    • Éclairages : Nine Desbaillet
    • Projections : Amelia Scott
    • Costumes : Jessica Poirier-Chang
    • Décors : Maryanna Chan
    • Son : Christine ML Lee
    • Conseils dramaturgiques : Sasha Dion via le Centre des auteurs dramatiques

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Le REFRAIN élargit ses horizons littéraires

    Le REFRAIN élargit ses horizons littéraires

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    L’A2C dévoile les gagnants du concours Idéa 2024

    L’A2C dévoile les gagnants du concours Idéa 2024

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    Joé Perron sort l’album « Nuit matin jour »

    Joé Perron sort l’album « Nuit matin jour »

    Suite
    18 juin 2024, 00h00
    Zach Zoya partage la chanson « Monaco »

    Zach Zoya partage la chanson « Monaco »

    Suite
    18 juin 2024, 00h00