L’abonnement à Qui fait Quoi comprend:

  • 250 numéros du Quotidien Qui fait QUoi
  • Mot de passe pour www.qfq.com
  • Revue Qui fait Quoi: 10 numéros par an
  • Revue Qui fait Quoi: Archives et hors série
  • 1 Guide annuel Qui fait Quoi
  • Accès au Guide de la production
  • 1 Guide QfQ COPRODUCTION
  • 1 Hors série Inclusion / Diversité

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Peter Peter lance son album « Éther » Peter Peter. Photo: Courtoisie

    Peter Peter lance son album « Éther »

    15 avril 2024, 00h01
         |     

    Peter Peter a lancé son cinquième album, « Éther ». L’auteur-compositeur-interprète et producteur s’est autorisé une plongée sans filet. Abrasive et percutante, frontale et alliant dans un même élan beats concassés, chant irrigué d’une sensibilité fauve et panache. D’oscillations troubles en pulsations profondes, Peter Peter sonde les forces de la nappe sonore et érige « Éther » comme une expérience immersive à son maximum d’intensité.

    Est-ce le passage encore brûlant à l’âge de la quarantaine qui a ordonné ce lâcher-prise ? Ou son récent mouvement géographique à destination de la ville de Québec, après un long crochet de huit ans à Paris et une escapade retour de deux ans à Montréal ? C’est en évitant en tout cas scrupuleusement les affrontements que le garçon se construit là un monde inédit, presque uniforme dans la démarche, plein de sursauts vitalisants et riche en déluges rythmiques.

    Au cours de l’exploitation - perturbée par la pandémie - de « Super Comédie », son précédent disque synthético-vaporeux à l’esprit eighties, Peter Peter réfléchit déjà au prochain chapitre. Deux options se dessinent dans son esprit : s’inscrire dans la glorieuse lignée de la continuité en compagnie de sa guitare, son instrument de prédilection, ou s’en affranchir complètement pour la première fois et ouvrir grand les portes à une radicalité, à une certaine grandeur electro-dance qui l’a longtemps effrayé. Finalement, il tranche en faveur de la seconde option. Se dressent ainsi en ordre de bataille, synthétiseurs, piano, programmations et séquences. S’il avait déjà flirté avec cette incursion à la fois purement et fondamentalement électronique dans « Bien réel », morceau d’ouverture pétaradant de son album « Noir Éden » paru en 2017, Peter Peter n’avait pas prolongé l’idylle sur la longueur. Cette fois-ci, il s’est fixé des contraintes comme celle de ne recourir à aucun musicien, laissant seulement entrer en fin de parcours Guillaume Guilbault (Constance, Duu, KROY), co-réalisateur des morceaux.

    À l’arrivée, on se rend compte que Peter Peter, sans se départir de son penchant obsessionnel pour la mélancolie et de sa vocation à réconforter les âmes esseulées ou écorchées, a su se réinventer un langage musical. Hormis peut-être « 20k heures de solitude » qu’il qualifie de « chanson la plus sécurisante » et dont on reconnaît la patte dans le son et dans le propos (« Je n’accuse non rien ni personne/Je ne sais pas moi-même où je vais/Toi connais-tu un endroit/Où il fait bon d’errer ? »), ce casanier surfe fréquemment sur l’héritage d’une excitante scène techno anglaise. Aussi à l’aise pour s’emparer de l’extase commandée par le dance-floor que pour concevoir la bande-son parfaite d’afters, il laisse ici frétiller les rythmes et les idées. Symbole de cette liberté octroyée et de cet effacement, « Soleil » bascule de l’obscurité à l’incandescence avec le même éclat sensoriel. Vivace et à double détente, « Ciel » s’inscrit comme son petit frère. Plus raver que rêveur, Peter Peter réduit à l’os les textes d’« Éther et « Fcking poésie » pour capturer l’euphorie et l’abandon mentaux. Il y a aussi « Se contenter d’un mirage » qui ordonne la transe, l’ambient de « Lisbonne ». Ou le touffu et intraitable « Danses-tu dehors, ce soir quelque part, loin de son téléphone ? » Il y a toujours et encore cette poésie en clair-obscur mais dopée à l’énergie club. Preuve indéniable que la danse et la tête peuvent jouissivement cohabiter ensemble.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Jeremy Rice dévoile « They Know Where You Live »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00
    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Gabriella poursuit sa tournée « Million Lights »

    Suite
    24 mai 2024, 00h00