CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel QfQ
  • Vidéos
  • Podcasts
  • Revue Qui fait Quoi
  • Boutique
  • Télévision
  • Cinéma
  • Scène • Théâtre
  • Musique
  • Animation • VFX
  • Communications
  • Industrie
  • COPRODUCTION
  • INCLUSION • DIVERSITé
  • DOCUMENTAIRES
  • TECHNOLOGIES
  • FORMATION • EMPLOIS
  • EXCLUSIFS
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE QfQ en bref [voir un exemple]

    Sept danseurs pour un quatuor à cordes dans « Les corps avalés » de Virginie Brunelle Isabelle Arcand. Photo: Raphaël Ouellet

    Sept danseurs pour un quatuor à cordes dans « Les corps avalés » de Virginie Brunelle

    28 février 2020, 00h00
         |     

    Fondée sur la puissante union de la danse contemporaine et de la musique classique, interprétée sur scène par le Quatuor Molinari, « Les corps avalés » est une émouvante odyssée humaine où l’intelligence sensible et la grande musicalité de Virginie Brunelle révèlent toute leur lumière. Une oeuvre parfaite pour célébrer les 10 ans de la compagnie. « Les corps avalés », du 26 au 29 février, au Théâtre Maisonneuve, Place des Arts.

    Virginie Brunelle présente sa création la plus ambitieuse à ce jour. Sur fond de résilience et d’espoir, Les corps avalés explore les relations de pouvoir, les inégalités et le désordre social, et fait écho aux actualités de manière intemporelle. Maîtrisant le délicat équilibre entre l’expressivité et la physicalité vigoureuse du langage gestuel, la chorégraphe y dirige sept danseurs pour dépeindre une humanité à fleur de peau, en quête de douceur et de solidarité. Sur scène, le Quatuor Molinari livre des oeuvres choisies du répertoire contemporain, nous faisant voyager à travers des oeuvres de Henryk Górecki, Philip Glass, Max Richter et Dmitri Shostakovich. Les notes s’immiscent dans les moindres parcelles des corps des interprètes ; elles animent, amplifient, insufflent le mouvement. Le désarroi, le chaos et les tourments sont ainsi sublimés. Élégante et enivrante, la danse de Brunelle est alors salutaire.

    C’est par la musique que Virginie Brunelle atterrit dans le monde de la danse. Née en 1982 en Montérégie, la chorégraphe consacre son enfance au violon. Elle découvre l’importance du travail collectif quand elle rejoint l’Orchestre des jeunes de la Montérégie ainsi qu’un quatuor à cordes. C’est portée par ce savoir musical, par la puissance du rythme et le plaisir de l’interprétation qu’elle se risque, en 2002, à auditionner pour le programme de danse du Cégep de Drummondville, où elle est aussitôt acceptée. Si elle passe les années suivantes à explorer une variété de techniques et de styles chorégraphiques, elle s’éprend de la danse contemporaine lors de ses études à l’UQÀM. 

    En 2008, fraîchement diplômée, elle crée « Les cuisses à l’écart du coeur », une chorégraphie pour sept danseurs, qui remporte, entre autres, la Bourse RIDEAU  2009 du Festival Vue sur la Relève. Armée de ce premier succès, elle fonde sa compagnie éponyme en 2009 (Compagnie Virginie Brunelle) et se consacre, la même année, à la création de sa deuxième pièce, « Foutrement », qui remporte le prix du public du CAM en tournée (2017). En 2011, Virginie Brunelle ouvre la saison d’automne du théâtre La Chapelle avec son troisième opus,  « Complexe des genres », qui obtient le deuxième prix au Concours international de chorégraphie Aarhus du Danemark. Trois ans plus tard, elle présente « PLOMB » et, en 2016, elle crée « À la douleur que j’ai ». Ces quatre pièces font l’objet de tournées internationales, elles circulent en Europe et au Canada, favorisant tant et si bien la reconnaissance de la chorégraphe à l’étranger qu’elle est invitée, en 2018, à créer une chorégraphie pour la compagnie Gauthier Dance // Dance Company Theaterhaus Stuttgart. Elle donne naissance à l’oeuvre « Beating », d’abord présentée en Allemagne, mais qui circulera au Canada en 2018-2019.

    Depuis le début de sa carrière, Virginie Brunelle démontre qu’elle est une chorégraphe alchimiste, qui se plait à fusionner symboles, théâtre, narration, mouvements et musique. Il résulte de sa démarche organique et intuitive un répertoire caractérisé par l’émotion brute des interprètes et par l’humanité des sujets abordés. En empruntant à la danse classique des gestuelles qu’elle s’amuse à salir et à détourner, Virginie Brunelle entraîne le spectateur dans une expérience puissante, immersive et troublante. On reconnait son travail par des performances sensibles mais dures, des tableaux aux allures cinématographiques et un vocabulaire qui déconstruit les codes classiques par des rythmiques saccadées et une gestuelle brute alternant sans cesse entre puissance et relâchement. Mais par-dessus tout, Brunelle s’intéresse aux humains, à leurs émotions et à la poésie inhérente au quotidien.

    Le Quatuor Molinari

    Acclamé par le public et par la critique musicale internationale depuis sa fondation en 1997, le Quatuor Molinari se consacre au riche répertoire pour quatuor à cordes des 20e et 21e siècles, commande des oeuvres nouvelles aux compositeurs et initie des rencontres entre les musiciens, les artistes et le public. Récipiendaire de vingt Prix Opus décernés par le Conseil québécois de la musique pour souligner l’excellence de la musique de concert, dont le dernier en 2020, il s’est rapidement imposé comme l’un des meilleurs quatuors au Canada.

    Le Quatuor Molinari a été soliste avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit à deux reprises, puis, en avril 2018, avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal sous la direction du chef Nicholas Carter dans la création du Concerto pour quatuor à cordes de Samy Moussa, en plus d’être constamment invité à de nombreux festivals et sociétés de concerts ici comme ailleurs, et parmi les plus prestigieux au monde.

    « Les corps avalés », du 26 au 29 février, au Théâtre Maisonneuve, Place des Arts, une présentation de Danse Danse.

    Sur le même sujet

    Intéressé.e à reproduire un article, une photo ou une vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier un article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroie encore plus de visibilité

    Sous réserve que les droits sur les contenus que vous souhaitez reproduire (textes, photos ou vidéos) nous appartiennent.

    DERNIERS ARTICLES

    Noovo Info prend la route du Québec

    Noovo Info prend la route du Québec

    Suite
    21 juin 2024, 00h30
    Lova sort la pièce « X (jamais late) »

    Lova sort la pièce « X (jamais late) »

    Suite
    21 juin 2024, 00h00